Kinugawa

VN:R_N [1.9.8_1114]
(0 votes)
  • Ouvert du Lundi au Samedi de 12h00-14h30 et de 19h00-22h00.
    Fermeture le Dimanche.
  • Métro Tuileries (Ligne 1)
  • Service Voiturier

Illustre restaurant de la haute cuisine japonaise, Kinugawa a su surprendre plus d’un palais avec sa gastronomie impériale, l’authentique cuisine traditionnelle de Kyôto.

Fondé en 1984 par l’ancien directeur du Benkay, Toshimasa Higashiuchi et l’ancien chef du même établissement, Kiyoshi Kinugawa, le restaurant a connu un tel succès que moins de dix ans après, une deuxième adresse a vu le jour rue Saint-Philippe-Du-Roule, dans le huitième arrondissement (aujourd’hui fermé).
Kinugawa est ainsi devenu au fil des années une adresse privilégiée dans le quartier, suffisamment chic et discrète pour satisfaire aux diners entre célébrités ou aux repas d’affaires.

La cuisine de Kinugawa s’est distinguée par sa quintessence des saveurs et son raffinement, que les critiques culinaires ne manquent pas de saluer. Pourtant, depuis quelques années, certains n’hésitent pas à lui reprocher une baisse de qualité et une simplicité dépourvue de finesse, et des prix bien trop élevés.

Les élégants bentos proposés au déjeuner restent le meilleur moyen d’appréhender la cuisine de Kinugawa à un prix raisonnable, avec des formules comprises entre 30 et 50 euros : sashimi, tempura, poisson grillé et marmite de bœuf, ou bien assortiment de sushi et makis accompagnés d’ un bol décoré de poissons crus font partis des quelques plateaux repas présentés.
Le soir l’addition est bien plus sévère, avec des menus tout de même copieux compris entre 75 et 125 euros. Pour un repas à la carte, il faut compter entre 60 et 80 euros.

La carte de Kinugawa est particulièrement foisonnantesashimi, sushi et maki,  hors d’œuvres (julienne de seiche et son foie saumuré, émincé de bœuf au gingembre, etc.), potages (consommé aux pleurotes et fruits de mer, crème brulée aux fruits de mer, etc.), salades de poisson cru ou de fruits de mer (salade aux ormeaux, salade aux méduses, etc.), viandes et volailles (aiguillette de canard, pot-au-feu d’entrecôte, etc.), poisson grillé (limande grillée au sel, rouget-barbet grillé), divers tempura (gambas, légumes) et autres fritures (limande, tofu).

On peut au choix s’installer au sushi bar du rez-de-chaussé et regarder les maitres sushi à l’œuvre, ou bien s’installer à l’étage, en salle ou dans l’un des deux petits salons.


Mots clés


  • Dans le même genre

  • Informations sur l'article

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'une étoile * sont à remplir obligatoirement. Votre email ne sera pas affiché ni communiqué à une tierce personne. Il est par ailleurs utile si vous souhaitez afficher votre avatar en utilisant le service gratuit Gravatar.

Votre note